Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'heure est venue du bilan. Nous avons effectué le parcours jusqu'à Compostelle en 68 jours et en 71 jours jusqu'à Fisterra.

1704 km ont été parcourus (794 km du Puy à St Jean Pied de Port à une moyenne de 4,5 km/h de marche) et 910 km de St Jean à Fisterra (moyenne 4,7 km/h)

A part quelques ampoules, tout s'est bien passé.

Nous souhaitons vous faire part de notre expérience et vous donner des suggestions, plus que des conseils, car un conseil ne vaut que s'il est efficace et les conseilleurs ne sont pas les ... marcheurs.

Préparation

Il faut se préparer certainement, mais ne pas en faire trop. Ne pas s'user avant l'heure.
Être en bonne condition physique est nécessaire.

Le sac

L'ennemi du marcheur est le poids. Un maximum de12 kg pour un homme et de 10 kg pour une femme est un principe, eau comprise. Mais faire moins est souhaitable. Chasse à l'inutile !!!

Chaussures: bien adaptées, pas serrées. Nous avons laissé au tiers du parcours les chaussures montantes pour des basses.

Pour la pluie, la cape est indispensable. Prévoir un vêtement pour le soir ou les jours frais.

Se faire envoyer sur le parcours (en poste restante des vêtements ou chaussures plus légers et renvoyer ce qui n'est plus utile)

Le mental

Être en bonne forme est la première condition, mais il faut faire preuve d'un bon mental pour surmonter les quelques fatigues physiques qui peuvent survenir. On ne peut pas dire que nous avons eu des passages à vide, seulement un peu de fatigue vers la 4 ème semaine.

Repos et nourriture

La sieste ou le repos de l'après midi recharge les batteries.

Il faut veiller à manger correctement, soit les repas de demi pension, soit le restaurant (le fameux menu du pèlerin, soit en cuisinant. L'alternance des formules est de nature à varier l'alimentation.

Les étapes

La longueur des étapes est variable selon ses capacités physiques. Une fois l'habitude prise, une moyenne de 23/25 km est accessible. Dépasser 30 km se fait à l'occasion, mais cela doit rester l'exception. Car si on semble "être bien", cela peut se payer les jours suivants.

Examiner l'étape à faire pour connaître les points de ravitaillements (cafés, petits commerces etc...); cela évitera de porter inutilement le ravitaillement du midi.

Les petits "bobos"

L'ampoule guette et attend l'occasion de se manifester. On finit bien par y succomber à un moment ou à un autre

Soigner une ampoule est un vrai roman. Autant de méthodes que de marcheurs ou de pharmaciens : percer ou ne pas percer, là est la question ..... Chacun son chemin

La tendinite: une ennemie redoutable. Différentes causes favorisent son apparition: d'abord l'oubli de boire (boire régulièrement est indispensable), sac trop lourd, répétition d'étapes trop longues, trop grande rapidité dans la marche (on a vu plusieurs jeunes "rapides" s'arrêter sur blessures!!). Si des douleurs arrivent, traiter sans attendre et ralentir, ne pas insister, c'est le meilleur moyen de provoquer l'arrêt définitif.

La prévention, c'est l'indispensable. Soigner pieds et jambes matin et soir (crèmes "graissantes" pour les doigts de pieds, crèmes défatigantes pour les jambes ...)

Les hébergements

On a le choix entre les dortoirs d'auberges municipales, des auberges privées, les chambres d'hôtes,les accueils monastères et les accueils "pèlerins". C'est dans les accueils "pèlerins" que l'on trouve le véritable esprit "chemin" (beaucoup d'échanges enrichissants).

L'esprit Chemin

C'est en France que l'on ressent vraiment ce qu'est le chemin de Compostelle, notamment dans les accueils "pèlerins". En Espagne ce n'est plus la même chose: il y a de plus en plus de monde au fur et à mesure que l'on s'approche du but, et cela devient plus de la randonnée par moments.

Tag(s) : #Epilogue

Partager cet article

Repost 0